Signé Pierrot !

 

Signé Pierrot !

 

Sur un parcours comme il les aime, au terme d'une échappée solitaire de plus de cent kilomètres, Pierre Rolland a remporté son premier succès de l'année au Mont Kigali, terme de la 6e étape du Tour du Rwanda. Après le triplé de son jeune coéquipier Alan Boileau, il s'agit de la quatrième victoire Glaz depuis le début de l'épreuve. Vous avez dit « bonne dynamique » ?
 

Il n'attendait que cela. Depuis sa deuxième place décrochée sur la 4e étape, deux jours plus tôt, Pierre Rolland avait des fourmis dans les jambes et une idée en tête. « J'avais été frustré par cette deuxième place dans une arrivée en faux-plat descendant, reconnaît le grimpeur de 34 ans. Cette arrivée au Mont Kigali pouvait me convenir, nous l'avions reconnu voilà une semaine, à l'avant-veille du départ de la course. Ce matin, j'avais envie de prendre l'échappée et de partir de loin voire très loin. Ne surtout pas attendre la dernière montée, très explosive et particulièrement raide. »
 
Missionné, comme ses coéquipiers Jonathan Hivert et Cyril Gautier, pour se glisser dans les attaques dès le début de course, le double vainqueur d'étapes sur le Tour de France ne s'est pas fait prier pour mettre son plan à exécution. « Lorsque l'échappée s'est formée avec des coureurs pas si loin au classement, j'ai senti que nous ne prendrions pas de champ. Le parcours me convenait. Des montées, des descentes, une dernière ascension très raide... J'ai averti Yvonnick, notre directeur sportif, que je me sentais prêt à tenter le coup de loin. Il n'était pas trop pour... Puis je lui ai dit de nouveau et j'ai attaqué dans une descente, à plus de 100 km de l'arrivée. Je suis ici pour multiplier les efforts et faire le vélo que j'aime. Grâce au profil de l'étape, je n'ai pas trouvé le temps long et, en arrivant au pied du Mont Kigali avec plus de 2 minutes d'avance, je savais que ça le ferait ! »

 

 

 

Au fil de ses allers-retours entre l'homme de tête et le peloton, où les Men in Glaz vivaient une étape décisive, le directeur sportif Glaz est passé par toutes les émotions mais retient l'épopée de son leader. « J'étais déjà à ses côtés lors de sa victoire l'an passé sur le Tour de Savoie Mont-Blanc, confie Yvonnick Bolgiani. Là-bas, son succès s'était joué dans la dernière ascension vers Valmeinier. Aujourd'hui, c'était un vrai raid à la Pierre Rolland, au culot et avec la manière. Il a mis du temps à s'acclimater à l'altitude mais on le sentait progresser depuis quelques jours. Avant-hier, il avait fait 2e, battu dans un sprint en faux-plat descendant. Là, le terrain était taillé pour lui et sa forme va crescendo. Quelle journée... »

 

Cette sixième étape était annoncée capitale dans la lutte pour le classement général et elle a tenu ses promesses, bien aidée par la pluie tombée dans le final. « Plusieurs équipes ont accéléré à 30 km de l'arrivée, en haut de l'avant-dernière difficulté, détaille le directeur sportif du B&B HOTELS p/b KTM. La descente s'est faite sous la pluie et le maillot jaune est tombé juste devant Quentin (Pacher). Il a été ralenti et, devant, cela ne s'est pas relevé. C'est frustrant car il avait de bonnes jambes mais nous restons dans le jeu au classement général. Alan (Boileau) est resté dans le groupe des favoris et Quentin limite la casse. Demain, sur le contre-la-montre, ce sera chacun pour soi et on y verra encore plus clair. »

 

Au soir de cette journée capitale, Quentin est 4e du classement général à 33'' du leader tandis qu'Alan pointe à 36'', 5e du Général et désormais meilleur jeune de l'épreuve. Deux Men in Glaz toujours dans le jeu pour la victoire finale, sous les yeux de leur leader et patriarche qui, tel un Dos Argenté du Parc des Volcans au nord du pays, observe paisiblement ses jeunes pousses s'ébattre et grandir en terres rwandaises. Pierre Rolland, ce Gorille dans la Brume...

 

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84