Et de trois ! Boileau pétille au Rwanda

 

Et de trois ! Boileau pétille au Rwanda

 

Le jeune Finistérien du B&B HOTELS p/b KTM est la révélation du Tour du Rwanda. En décrochant, ce jeudi, sa troisième victoire en quatre jours sur les hauteurs de Kigali, Alan Boileau (21 ans) a fait plus que confirmer son début de semaine canon. Il s'est imposé devant de purs puncheurs dans une arrivée en côte et assumé des ambitions affirmées quelques heures plus tôt.
 

Insatiable, inarrêtable... et imperturbable. Alan Boileau vit sa meilleure vie sur le Tour du Rwanda et ce n'est pas son succès sur les hauteurs de Kigali, ce jeudi, qui va faire s'évaporer le nuage sur lequel il est sagement posé depuis le début de l'épreuve. Sa condition physique du moment incite ses équipiers à lui faire une confiance aveugle et, au sommet de la colline Kimironko, c'est grâce à un énorme travail collectif des Men in Glaz que le Morlaisien a pu jouer la victoire.
 
« Je savais que cette arrivée en côte pouvait très bien me convenir, confiait le vainqueur du jour derrière la ligne. Vu ma forme du moment, je voulais croire en mes chances et nous en avons parlé au briefing. Une échappée matinale s'est rapidement développée et nous ne l'avons reprise qu'in extremis. C'est lorsque Pierre (Rolland) est venu me demander comment je me sentais, à 20 km de l'arrivée, que nous avons décidé de tout faire pour rentrer. Les gars ont imprimé un tempo de fou et je dois leur tirer un grand coup de chapeau. Voir des coureurs de cette carrure travailler pour moi, c'est incroyable... L'équipe me fait vraiment confiance. »
 
Dans l'ultime montée, un véritable mur où l'explosivité allait être un atout décisif, l'avant-garde du peloton reprenait le dernier fuyard à 300 mètres de la ligne d'arrivée. « Là, j'ai accéléré mais je me suis immédiatement dit « du calme, ne va pas faire une boulette » ! Je me suis rassis, j'étais au coude à coude avec Vuillermoz mais prêt à produire un effort lactique comme je les aime. Cela fait mal physiquement mais c'est le mental qui décide si tu te rassois ou si tu poursuis ton effort, quitte à ce que cela brûle partout. C'était violent mais, quand on gagne, c'est un effort assez savoureux... »

 

 

Le Rwanda donne des ailes à Alan et sa réussite est communicative. « Du staff aux coureurs, toute l'équipe est dans le même état d'esprit, explique Yvonnick Bolgiani, le directeur sportif Glaz sur place. Ca gagne, ça sourit et cela donne envie à tous de travailler encore plus pour poursuivre cette belle aventure. Il reste trois jours de course, pas question de s'enflammer. » D'autant qu'il y a encore beaucoup à gagner sur la plus importante course par étapes africaine.

 

5e du classement général à 4 secondes du leader, Quentin Pacher tient son rang et observe son jeune compagnon de chambre avec des yeux protecteurs et admiratifs. « Même si ses victoires sont le fruit d'un gros travail collectif, Alan est très fort individuellement, détaille le puncheur libournais. Il est impressionnant mais accueille ce qui lui arrive avec beaucoup de calme, sans euphorie. Il reste à l'écoute tout en sachant ce qu'il veut. » Tourné vers les prochains jours, « Papach' » est satisfait de son niveau et sait à quel point la fin de l'épreuve s'annonce décisive. « Jusqu'ici, le classement se joue à coups de secondes mais les trois dernières étapes provoqueront des différences. Demain, nous aurons encore une journée avec un gros dénivelé (plus de 2800m), deux passages à plus de 2000 mètres d'altitude et un final très dur. Samedi, le contre-la-montre nous départagera et dimanche, ce sera encore propice à des bouleversements. Il faudra garder de la fraîcheur pour viser quelque chose. Ce Tour du Rwanda constitue ma première expérience en altitude et je suis encore un peu sur la retenue quand nous évoluons au-dessus des 2000 mètres. »

 

La course n'est pas finie, les Glaz restent mobilisés et le Rwanda continue de leur sourire. Ils ne sont peut-être pas au bout de leurs surprises !

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84