Des soldats Glaz à tous les échelons

 

Des soldats Glaz à tous les échelons 

Conclue par les 10e et 13e places de Franck Bonamour et Quentin Pacher à Saint-Vallier, la 5e étape du Critérium du Dauphiné a confirmé la bonne forme et l’attitude offensive des Men in Glaz. Cyril Gautier échappé matinal, Papach attaquant dans le final, le B&B HOTELS p/b KTM est prêt pour la montagne, ces trois prochains jours. 

 

Ils voulaient en être, de cette échappée du jour, les Men in Glaz ! Et tant pis s’il fallait batailler dix kilomètres seul en chasse patate pour l’intégrer. Sorti du peloton après dix kilomètres de course en contre-attaque derrière un trio de tête, Cyril Gautier parvint à ses fins dix kilomètres plus loin… mais la présence du 3e du classement général au sein de l’échappée allait condamner ses rêves de long raid entre Loire, Ardèche et Drôme. « J’avais vu qu’Asgreen était devant mais je pensais qu’il se relèverait après avoir pris la bonification, expliquait le Costarmoricain derrière la ligne d’arrivée. Il ne l’a pas fait et, malgré le retour de trois contre-attaquants, cette échappée n’avais aucune chance d’aller au bout… Il faut l’accepter et, si j’en suis encore capable ces prochains jours, je tenterai de nouveau ma chance. »

 

Repris par le peloton à 53 km de l’arrivée alors que le peloton préparait une fin de course échevelée, Cyril rentrait dans le rang et laissait les purs puncheurs en lice pour le final. La dernière côte, à 12 km de l’arrivée, s’annonçait propice à des attaques et Quentin Pacher ne laissa pas passer l’occasion. Sur des pentes avoisinant 15% par endroits, le Périgourdin sortait derrière l’Américain Craddock qui ouvrait la route quelques mètres plus haut. « Si je voulais tenter quelque chose aujourd’hui, c’était dans cette côte mais j’y suis peut-être allé un peu tard et, surtout, je me suis heurté à un vent de face sur le haut, détaillait Quentin. C’aurait peut-être mieux fonctionné dans un groupe à trois ou quatre mais j’ai été très vite pris en chasse par les Ineos, qui ne m’ont jamais laissé de champ. J’ai de bonnes jambes et c’est bon signe pour la suite de l’épreuve. »

 

 

A 9 km de l’arrivée, une chute jetait à terre Eliot Lietaer, endommageait le bas du dos de Maxime Chevalier et forçait Pierre Rolland à mettre pied à terre. Sur la ligne d’arrivée, le premier Glaz était Franck Bonnamour, 10e, satisfait de son résultat et admiratif de son coéquipier Papach’. « Le but était de basculer avec les meilleurs en haut de la dernière bosse, confiait le Lannionais. Papach et moi étions encore là après la chute et, dans un sprint pas facile à négocier, j’ai pris trop de vent à 500 mètres de la ligne. Je le paie sur la ligne. Ma stratégie était de jouer ma carte sur le sprint car je ne pouvais clairement pas faire ce que Quentin a fait dans la dernière bosse. Il prouve qu’il a vraiment de bonnes jambes. Tout le monde n’en était pas capable. »


Les attaquants auront de nouvelles opportunités de se mettre en évidence ce vendredi, entre Loriol-sur-Drôme et Le Sappey-en-Chartreuse (167 km). Si le début d’étape sera tout plat, ou presque, le final marquera l’entrée de la course en montagne, avec 4 côtes de 2e et 3e catégorie dans les 50 derniers kilomètres et une arrivée en haut d’une ascension finale de 3,3 km.

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84